Randonnée à Acatenango au Guatemala : tout ce qu’il faut savoir

La randonnée à Acatenango au Guatemala : tout ce qu’il faut savoir ! C’était l’une de mes principales envies lors de mon tour du monde et de ma visite au Guatemala. J’ai vu tellement de photos, de vidéos et d’articles de blog qui parlaient et montraient cette aventure spectaculaire. Camper à 3600 mètres d’altitude tout en observant les éruptions du volcan Fuego, c’est trop magique. J’étais tellement excitée à l’idée de le faire en autonomie, tu ne peux pas imaginer !

Et maintenant, après avoir fait l’expérience et toutes les recherches nécessaires pour l’accomplir, je veux partager avec toi toutes les informations que j’ai recueillies ainsi que mon expérience d’ascension et de sommeil sur ce volcan. Ainsi, tu n’auras aucun problème à le faire par toi-même.

* 📝 Informations pratiques *

  • Hauteur du volcan : 3976 mètres
  • Hauteur du camp de base : environ 3600 mètres
  • ↗️ Dénivelé jusqu’au camp de base: 1400 mètres (+300 mètres jusqu’au sommet)
  • Temps jusqu’au camp de base : 4 à 5 heures de montée, 2 à 3 heures de descente
  • 🚶🏽 Difficulté : moyenne à difficile

Randonnée à Acatenango au Guatemala : tout ce qu’il faut savoir

Sois assuré avant de partir !

GObyAVA Assurance Voyage promotion

Partir en voyage n’est jamais sans risques. Notamment lorsque tu pars faire des expériences comme celle de l’ascension de l’Acatenango. Alors avant de partir, n’oublie pas de t’assurer pour éviter tous problèmes. Rendez-vous sur gobyava.com pour plus d’informations.


Randonnée à Acatenango au Guatemala : tout ce qu’il faut savoir

🌋 Qu’est-ce que l’Acatenango et où le trouver ?


Vue sur le volcan Fuego durant la randonnée de l'Acatenango au Guatemela.

L’Acatenango est l’un des volcans les plus célèbres du Guatemala et de toute l’Amérique centrale. Avec une hauteur de 3976 mètres, il offre une vue spectaculaire sur la campagne environnante jusqu’à la mer et le lac Atitlan. Mais ce qui rend l’Acatenango si célèbre et pourquoi tant de personnes tentent l’ascension, c’est la possibilité unique d’observer son volcan jumeau actif Fuego de près mais en toute sécurité. Celui-ci crache des cendres, des roches et de la lave dans le ciel toutes les quelques minutes, ce qui est particulièrement impressionnant la nuit. C’est pourquoi, chaque jour, des dizaines de personnes se rendent sur le volcan, campent au camp de base à 3600 mètres et regardent ce spectacle de la nature. Qui ne veut pas observer un volcan actif au moins une fois dans sa vie ?

Géographiquement, l’Acatenango se trouve au sud-ouest de l’ancienne ville coloniale espagnole d’Antigua, riche en culture. Antigua est probablement l’endroit le plus visité du Guatemala et le point de départ de toutes les ascensions du volcan. La ville offre aux touristes tout ce dont ils peuvent rêver : hôtels de toutes les catégories de prix, restaurants, parcs, points de vue, boutiques de souvenirs, bars, églises anciennes, ect. De plus, on y trouve d’innombrables agences de voyage qui proposent des excursions dans les environs. Avec entre autres : Hobbitenango, le volcan Pacaya, diverses randonnées, les excursions d’une journée les plus variées et bien sûr l’ascension de l’Acatenango. Tous ceux qui visitent la région passent inévitablement par Antigua.


Randonnée à Acatenango au Guatemala : tout ce qu’il faut savoir

👟 3 possibilités de randonnée sur le volcan


La randonnée sur l’Acatenango au Guatemala n’est pas facile. Une fois arrivé à Antigua, la première chose à faire est de planifier l’ascension de l’Acatenango. La première question à se poser est la suivante : qu’est-ce que je veux faire sur le volcan et comment je veux le visiter ? Il y a trois réponses possibles à cette question :

  • Option 1 : montée le matin et descente le même jour
  • Option 2 : montée le soir et descente le lendemain matin
  • Option 3 : ascension le matin, nuit au camp de base, descente le lendemain matin

* ☀️ Montée et descente en une journée *

L’option 1 est probablement la moins convaincante, car la randonnée sur le volcan est d’une part très fatigante, et rentrer le jour même sans pouvoir se reposer trop longtemps est physiquement très difficile. D’autre part, on voit le feu du Fuego principalement la nuit, lorsque le soleil s’est couché. Tu fais donc l’effort, mais tu n’es pas complètement récompensé pour cela, à mon avis.

L’option 2 est aussi peu convaincante que l’option 1, sauf que cette fois-ci, tu peux au moins admirer les éruptions du Fuego dans toute leur splendeur. Mais tu as aussi l’effort d’une montée et d’une descente sans pause. De plus, tu dois faire une grande partie de la randonnée dans l’obscurité, ce qui peut être dangereux si tu ne connais pas assez bien le chemin.

* ⛺ Avec une nuit au camp de base *

L’option 3 est ma préférée et c’est aussi celle que choisissent la plupart des visiteurs du volcan. Monter jusqu’à 3600 mètres, se reposer au camp de base, dîner compris, se coucher tôt et le lendemain matin, au lever du soleil, monter les derniers 100 mètres jusqu’au sommet et contempler le Fuego dans toute sa splendeur. Il y a aussi l’option de marcher depuis le camp de base plus près du Fuego, jusqu’à ce que tu sentes la terre vibrer sous tes pieds. Il est difficile de s’approcher plus près d’un volcan actif. C’est l’option qui coûte le plus cher et qui prend le plus de temps, mais c’est aussi celle qui offre le plus.

Je conseille seulement à ceux qui n’ont pas le temps ou qui ont un budget trop limité de considérer les deux autres options.

La randonnée sur le flanc du Fuego coûte 200Q supplémentaires (environ 20 EUR) par personne et commence après avoir atteint le camp de base. Elle dure encore 4 heures et n’est recommandée qu’aux randonneurs expérimentés. Donc si tu es fatigué et que tu peux t’en passer, reste simplement assis près du feu à côté de ta tente et profite de la vue.


Randonnée à Acatenango au Guatemala : tout ce qu’il faut savoir

👨‍👩‍👧 Partir en autonomie ou avec un guide ?


La deuxième question pour laquelle je ne voulais pas vraiment connaître la vérité est de savoir si l’on peut faire l’ascension seul ou si l’on doit passer par une agence avec un groupe et des guides attribués. Tous ceux qui me connaissent ou me suivent depuis un peu plus longtemps savent que je veux, si possible, tout vivre par moi-même. Ce genre de groupes avec des plans clairs et précis et sous constante surveillance me privent du sentiment de liberté que je veux avoir lors de mes voyages et surtout en pleine nature.

C’est pourquoi Lukas et moi avons tout fait pour planifier notre ascension en autonomie de l’Acatenango. Et nous étions plein d’espoir, car nous avons souvent lu qu’une ascension sans guides était tout à fait faisable. Le plus important a toujours été d’être bien préparé, car les conditions au sommet du volcan sont difficiles, le froid en particulier est un danger. Mais comme nous avons emporté beaucoup d’équipement de randonnée chaud pour notre voyage autour du monde et que nous avons déjà fait d’innombrables randonnées et vécu des situations extrêmes, nous nous sommes sentis suffisamment en sécurité pour nous lancer dans cette expérience. La seule chose qui nous manquait, c’était une tente.

* 🛑 Problèmes pour louer une tente *

Et c’est là que nous arrivons au problème : personne ne pouvait ou ne voulait nous prêter une tente à Antigua. Peu importe combien de temps nous avons cherché, à qui nous avons demandé ou ce que nous avons essayé, nous n’avons pas réussi à obtenir une tente. La seule possibilité était d’acheter une tente, mais nous l’avons refusée pour différentes raisons. Certes, on lit souvent qu’il est possible de louer facilement une tente ou autres à Antigua. MAIS CE N’EST PAS VRAI.

De plus, nous avons fini par remarquer que presque tous ceux qui ont écrit que c’était possible de louer une tente n’ont jamais essayé de louer une tente. La plupart des personnes qui tentent l’ascension de l’Acatanango en solo ont leur propre tente dans leurs bagages. C’est pourquoi nous avons finalement été déçus et nous avons grincé des dents en cherchant un organisateur de tours. Ces derniers fournissent une tente (et d’autres équipements) si l’on réserve l’un de leurs tours.

* 👨 Le faire en autonomie *

Si tu as ta propre tente et l’équipement nécessaire pour affronter des températures extrêmement froides pendant la nuit, et si tu as déjà de l’expérience à une telle altitude, je pense que tu peux escalader l’Acatenango seul, sans passer par un tour. Le chemin jusqu’au camp de base est clair et net. Toutefois, chercher un endroit pour camper et s’orienter dans le dédale des différents camps réservés par les organisateurs peut être difficile.

Il paraîtrait que les camps des tours et des autres ne sont pas au même endroit (mais sans en faire l’expérience, on ne peut pas le confirmer). Il est en tout cas conseillé de commencer l’ascension le plus tôt possible pour pouvoir encore monter sa tente lorsque le soleil brille. Je décris plus loin la difficulté de la montée et comment gérer l’altitude. Toute personne qui se déplace régulièrement en montagne à des hauteurs alpines n’aura probablement pas trop de difficultés.

* 👫 Le faire avec une visite guidée *

Pour tous les autres, il est préférable de réserver un tour parmi les innombrables organisateurs. Ici, tu ne dois t’occuper de rien. La nourriture est généralement fournie, il te suffit d’apporter quelques snacks énergétiques (noix, etc.) et du papier toilette. Même si tu n’as pas l’équipement nécessaire dans ta valise, l’organisateur peut généralement te le prêter. Des vestes épaisses, des gants, des tentes, des sacs de couchage, tout est prévu. C’est presque comme un hôtel tout compris, la seule chose que tu dois faire est de transporter une partie de ton équipement et toi-même jusqu’en haut de la montagne. C’est définitivement la solution la plus confortable et adaptée à tous ceux qui veulent admirer le volcan sans trop se soucier à l’avance.

* 📦 De quel équipement tu as besoin, autonomie ou avec guide *

Si tu t’aventures dans l’ascension seul, tu dois faire attention à l’équipement que tu emportes. Car les conditions dans le camp de base et au sommet de l’Acatenango sont souvent difficiles, surtout le temps est impitoyable. La vérité, c’est que des randonneurs sont déjà morts parce qu’ils n’étaient pas équipés en fonction des circonstances. Ne sous-estime jamais la force de la nature. Mais avec une bonne préparation, rien ne devrait t’arriver en règle générale.

Lorsque tu as réservé une excursion, on te dit généralement ce que l’opérateur touristique fournit comme équipement et ce que tu dois apporter toi-même. Mais cela ne fait jamais de mal de savoir à l’avance ce qui est nécessaire et ce à quoi tu dois faire attention. C’est pourquoi je t’ai préparé une liste d’équipements que tu dois avoir avec toi pendant ton voyage.

* 🎒 Le matériel que je recommande, autonomie ou avec guide *

Cette liste représente ce que tu dois prendre si tu réalises l’ascension en autonomie, bien que nous ne sommes pas des experts. Cette liste t’aide aussi à savoir si l’agence que tu t’apprêtes à choisir est bien ou non, ils doivent te fournir ces équipements si besoin.

  • 1 Tente
  • 1 Sac de couchage jusqu’à -10 degrés
  • 1 Inlet
  • 1 paire de chaussures de randonnée
  • Vêtements adaptés à la randonnée (t-shirt, short, chaussettes)
  • T-shirt et chaussettes de rechange
  • 1 Pantalon long pour les températures plus froides
  • Sous-vêtements termo
  • 1 pull chaud
  • 1 Doudoune ou veste d’hiver
  • 1 imperméable pour couper le vent
  • 1 paire de chaussettes chaudes (en laine)
  • 1 bonnet
  • 1 paire de gants
  • 1 écharpe tubulaire ou quelque chose de similaire

Crois-moi s’il te plaît, car j’en ai fait l’expérience : il peut faire un froid de dingue. Et le vent fort au sommet et sur les pentes du volcan renforce la sensation de froid. Surtout lorsque tu te refroidis et que tu es épuisé après la randonnée, tu ressens le froid d’autant plus intensément. Un bon équipement peut non seulement te simplifier la vie, mais aussi la sauver.

* 🍫 La nourriture nécessaire *

❗ Important : pour être bien préparé, en plus de la nourriture et des en-cas, il faut emporter au moins 4 à 5 litres d’eau par personne. Il n’y a pas de possibilité d’acheter de l’eau en chemin ou au sommet du volcan. De plus, l’altitude et l’épuisement vous demanderont de boire sans arrêt.

Quelle que soit ton expérience en matière de randonnée et quel que soit ton niveau sportif, l’ascension de l’Acatenango est fatigante. C’est pourquoi il est important d’avoir suffisamment d’énergie. Et celle-ci est fournie par un ravitaillement approprié. Que tu fasses l’ascension seul ou avec un organisateur, informe-toi sur ce que tu vas manger. Il faut des aliments riches en glucides, donc surtout des pâtes ou du riz. Cela doit être complété par diverses sources de protéines comme la viande, les œufs ou les haricots. Tu as besoin d’un repas pendant l’ascension (midi) et une fois arrivé en haut (soir). De plus, pense à prendre un petit déjeuner pour le lendemain matin. Entre les deux, les barres de céréales, les noix, le chocolat ou autres sont bien sûr parfaits pour maintenir ton taux de glycémie.

Et si tu es seul, n’oublie pas d’emporter un petit réchaud à gaz, à moins que tu ne veuilles manger des repas froids dans le froid.


Randonnée à Acatenango au Guatemala : tout ce qu’il faut savoir

🔍 Comment trouver la bonne agence pour l’ascension de l’Acatenango


Le nombre d’agences qui proposent une excursion sur l’Acatenango à Antigua est vraiment important, allant de la petite entreprise familiale à la grande entreprise avec un grand nombre d’employés. On trouve des agences dans presque toutes les rues de la ville. Il est facile de perdre la trace de qui propose quoi. Voici donc quelques points qui t’aideront à choisir la bonne agence.

💻 Recherche en ligne

  • Arrive quelques jours à l’avance pour planifier ton voyage. Tu auras ainsi suffisamment de temps pour visiter les différentes agences et comparer les offres. Souvent, il faut réserver le tour au moins un ou deux jours à l’avance.
  • Si tu as déjà une agence particulière en tête, regarde sur leur site web si tu peux déjà réserver une place dans un tour en ligne. Le faire plusieurs jours en amont car ils sont plutôt bien complets.
  • Lis quelques revues et expériences en ligne sur l’agence. Souvent, tu y apprendras des choses que l’organisateur lui-même ne révèlera jamais.

📋 Les conditions offertes pour l’ascension de l’Acatenango

  • Réfléchis à l’endroit où tu veux dormir. Certaines agences proposent de passer la nuit sous la tente. Tandis que d’autres ont déjà construit des cabines en dur sur les pentes de l’Acatenango. Les tentes sont certainement une aventure, mais les cabines offrent une plus grande protection contre le vent et donc le froid.
  • Vérifie quel équipement supplémentaire est proposé par l’agence. Des gants de qualité, des vestes d’hiver, etc. peuvent te faciliter la vie dans cet environnement et même te protéger dans les cas extrêmes.
  • Demande quelle est la taille du groupe de voyage et combien de guides lui sont attribués. Des groupes trop grands avec trop peu de guides peuvent être dangereux et constituer un obstacle.

💵 Compare les prix

Réfléchis si le prix correspond aux services offerts. Certains prix sont, à mon avis, tout simplement exorbitants et une arnaque pure et simple. Ne te fais pas arnaquer, même par les grands noms de l’organisation.

* 🏛️ Quels/Quelles sont les organisateurs/agences ? *

La randonnée sur l’Acatenango au Guatemala est l’une des choses les plus connues que tu puisses faire. C’est pourquoi il y a d’innombrables guides touristiques à Antigua. Les organisateurs les plus connus sont entre autres CA Travelers, OX Expeditions, V-Hiking et Wicho & Charlie’s, mais il y en a vraiment beaucoup d’autres. Et cela vaut certainement la peine d’examiner de plus près certaines des plus petites entreprises. Car elles proposent souvent la même offre, mais pour un prix beaucoup plus bas. Mon conseil : ne te laisse pas influencer par ce que tout le monde fait, mais fais-toi ta propre opinion.


Randonnée à Acatenango au Guatemala : tout ce qu’il faut savoir

💀 Difficultés de la randonnée et gestion de l’altitude


La troisième question que je me suis posée est de savoir si l’ascension sera difficile et surtout si je pourrai gérer l’altitude. Car la randonnée commence à 2200 mètres d’altitude et le camp de base se trouve à 3600 mètres, le sommet même à près de 4000 mètres. Sans préparation, tu peux rapidement avoir des problèmes respiratoires, des maux de tête ou, dans le pire des cas, de graves maladies d’altitude. Et j’avoue que cela m’a beaucoup stressé, car je ne savais pas comment mon corps allait réagir.

* 🏋️ Quelle est la difficulté de la randonnée de l’Acatenango ? *

Maintenant que j’ai fait l’ascension et que je peux évaluer le niveau de difficulté, je dirais qu’il s’agit d’une randonnée de difficulté moyenne. Techniquement, c’est facile : un chemin très facile à reconnaître, sans obstacles majeurs ou dangers auxquels il faut faire attention. Pas d’escarpements, de rochers ou autres. Mais ce qui rend la randonnée plus difficile, c’est d’une part bien sûr l’altitude, qui t’essouffle facilement et fait battre ton cœur plus vite. D’autre part, le chemin continue à monter et ne te donne pas l’occasion de reprendre ton souffle sur des sentiers plats. Cela signifie 4-5 heures de montée et c’est donc plutôt une question d’endurance. Mais c’est à peu près tout. Tout le monde dans notre groupe a réussi l’ascension, quel que soit son niveau de forme physique et son rythme.

* 🏔️ Comment gérer l’altitude sur l’Acatenango *

Le camp de base se trouve à environ 3600 mètres, une altitude qui constitue déjà un environnement extrême pour le corps humain. C’est pourquoi il faut faire très attention et écouter les signaux que ton corps te donne. Il y a plusieurs choses que tu peux faire pour éviter le mal des montagnes :

  • Même si tu peux théoriquement monter plus vite, monte lentement et accorde à ton corps des pauses régulières. Ainsi, il peut mieux s’adapter à l’environnement changeant.
  • Bois suffisamment et régulièrement de l’eau pendant ta randonnée. Le liquide facilite l’absorption de l’oxygène dans le sang. Bois plus d’eau que tu ne le ferais normalement.
  • Les maux de tête peuvent être traités de manière classique avec de l’ibuprofène. Mais si les douleurs s’aggravent et que d’autres symptômes apparaissent comme des vertiges ou autres, il est préférable de redescendre de quelques centaines de mètres en étant accompagné. Cela peut souvent aider.
  • Il existe des médicaments qui traitent les symptômes de l’altitude. Mais ils ne peuvent être obtenus que sur ordonnance d’un médecin et ne doivent être utilisés qu’en cas d’urgence, car ils peuvent provoquer des effets secondaires importants.

J’ai lu beaucoup de choses sur les maladies d’altitude et j’ai aussi suivi différents blogueurs qui se sont couchés dans leurs tentes, malades et avec les symptômes correspondants. C’est pourquoi j’étais assez nerveuse avant de partir en voyage. Heureusement, je n’ai finalement pas eu de symptômes à déplorer ! Mis à part, un petit mal de tête. Je suis montée plus lentement que d’habitude, j’ai beaucoup bu et je me suis accordée des pauses régulières. Il semble que cela ait aidé, ce qui m’a rendu très heureuse. En fait, personne dans notre groupe ne s’est plaint de symptômes.


Randonnée à Acatenango au Guatemala : tout ce qu’il faut savoir

💖 Ma propre expérience pour l’ascension de l’Acatenango


* 🛍️ Avant l’ascension de l’Acatenango *

L’ascension de l’Acatenango et passer la nuit dans une tente à 3600 mètres d’altitude a été l’une des expériences que j’attendais le plus pendant mon voyage autour du monde. Des semaines à l’avance, j’ai déjà réfléchi et commencé à planifier mon ascension (ce que je ne fais quasiment jamais). C’est pourquoi, bien sûr, j’ai été d’autant plus déçue à la fin quand nous avons découvert que nous ne pouvions pas escalader le volcan de manière autonome.

La perspective de devoir faire cet évènement en groupe a un peu refroidi ma joie. Mais il était tout simplement impossible de louer une tente pour cette seule nuit. Ceux qui avaient une tente étaient les tour-opérateurs, et ceux-ci ne voulaient bien sûr que vendre leur tour. Malheureusement, nous n’avons reçu aucune aide de l’extérieur, il était même évident que tout le monde voulait nous pousser à faire un tour organisé. Je suppose que ça fait partie du business.

C’est pourquoi nous avons finalement passé deux jours à trouver un organisateur qui correspondait à nos attentes. Nous ne voulions pas dormir dans une cabine, surtout si nous devions la partager avec d’autres. Le prix ne devait pas non plus être trop élevé, nous avons rencontré tout ce qui allait de 50 à 250 dollars. Finalement, nous avons opté pour CA Travelers, simplement parce que nous pouvions dormir dans une tente et que le prix n’était pas trop astronomique. Nous avons payé 550Q (environ 65 EUR) par personne, ce qui comprenait l’entrée dans le parc. Mais comment cela s’est-il passé pour nous au final ?

* 🚌 Défilé à Antigua *

On nous a dit qu’on viendrait nous chercher à notre hôtel à 8h30. Nous avons donc réglé notre alarme à 6h30 pour avoir suffisamment de temps pour prendre notre petit-déjeuner et finaliser nos bagages. Nous avons pu laisser nos sacs à l’hôtel. Le bus est arrivé à l’heure et nous a emmenés avec tous les membres du groupe à la base centrale de CA Traveler. À 9h, nous avons fait les présentations pour faire connaissance avec nos “compagnons d’infortune” (environ 21 personnes, ce ne sont pas mes mots).

Après d’autres instructions, notre équipement a été distribué, entre autres la nourriture et un sac d’eau pratique de 3 litres. Ceux qui avaient besoin de gants, de vestes ou autres, ont pu tout emprunter ici. À la fin, nous avons pu peser nos sacs à dos : j’ai dû porter 11 kg, Lukas 24 kg. Pourquoi autant ? Parce que nous avions apporté en plus notre matériel photo, 2 litres d’eau par personne et un sac de couchage supplémentaire. Oui, j’aime être prête à tout…

Le départ de la base a eu lieu à 10h00. Et dès que nous sommes arrivés dans une zone plus montagneuse, nous avons déjà remarqué que le temps était très nuageux. Super ! Marcher avec un soleil de plomb sur la nuque n’est pas la meilleure chose à faire, mais pour cette randonnée, il s’agissait surtout d’avoir une bonne vue. Et plus nous avancions en bus, plus le temps était nuageux et venteux. Et il pleuvait. Génial ! Nous étions au trailhead peu après 11:00, à 11:30 tout le monde était finalement prêt et toute notre équipe a commencé l’ascension de l’Acatenango. Je pense que nous étions l’une des dernières équipes à partir ce jour-là.

* 🌧️ Une montée pluvieuse *

La montée était raide dès le début. 30 minutes de marche. S’arrêter et faire une pause, que tu le veuilles ou non, c’est ce que nos trois guides ont fait. Ainsi, le corps a pu s’adapter suffisamment à l’altitude. La pluie devenait de plus en plus intense, le vent plus fort, la température plus fraîche. Heureusement, nous étions la plupart du temps dans une forêt, ce qui signifie qu’une grande partie du vent ne se faisait pas sentir. Après 2 heures d’ascension, nous avons eu notre pause déjeuner pendant environ 45 minutes. Il faisait vraiment très froid et nous avons essayé de nous réchauffer autant que possible autour d’un feu de camp.

Ensuite, nous avons continué à monter pendant encore 2h, jusqu’à ce que nous arrivions enfin à notre campement. Normalement, tu peux déjà admirer le volcan Fuego sur les derniers mètres, mais pour nous, il était caché derrière les nuages et nous pouvions seulement l’entendre. Je dois avouer que j’étais assez déçue. Je me réjouissais tellement de ce spectacle et après tous ces efforts, je n’ai rien pu voir. Et en plus, tu as payé une bonne somme pour ça. Bon, tu ne peux pas contrôler la nature. N’abandonnons pas, ça peut encore s’améliorer.

* 🌕 Fuego dans l’obscurité *

Si tu fais l’ascension de l’Acatenango, il y a toujours l’option de marcher plus près du Fuego le même jour depuis le camp de tentes. Cela coûte 200Q de plus par personne (environ 20 EUR) et dure 4 heures de plus (2h aller et 2h retour). Normalement, les différentes équipes arrivent au camp vers 14:00/15:00 et se mettent tout de suite en route pour ne pas avoir à marcher trop longtemps dans l’obscurité et pour pouvoir voir le soleil se coucher de là-bas. Mais nous sommes arrivés à environ 16h30, le coucher du soleil était à 18h00. C’est pourquoi nous nous sommes étonnés que cette excursion soit encore proposée pour notre groupe. Car avant d’atteindre le Fuego, il aurait déjà fait nuit. C’est pourquoi Lukas et moi avons refusé et nous nous sommes assis autour du feu de camp pour éviter le froid. Nous n’aurions rien vu de toute façon.

* ❄️ Une nuit froide au camp de base *

Eruption volcanique dans la nuit du volcan Fuego au Guatemela.

Ensuite, il faut attendre, attendre dans le froid glacial et le vent. Cela aurait quand même pu être sympa si on avait au moins vu le volcan. Nous avons entendu le Fuego entrer en éruption toutes les quelques minutes, mais nous n’avons pu le voir que toutes les 30 minutes pendant quelques secondes. Ce n’est vraiment pas ce que nous avions imaginé. Toutes les images que nous avions vues les derniers jours ont fait monter nos attentes. Et maintenant, cette amère déception. Nous voulions simplement redescendre, il y ferait au moins plus chaud. Après un dîner médiocre et d’autres petites déceptions ici et là, nous nous sommes finalement retirés dans notre tente.

Mais avons-nous pu dormir ? Bien sûr que non. Premièrement, il faisait bien trop froid pour fermer l’œil. Deuxièmement, les rafales de vent ont secoué notre tente les unes après les autres. Les guides ont fait plusieurs fois le tour de la rangée de tentes pour vérifier que tout était bien sécurisé. En fait, nous n’étions pas vraiment protégés avec notre tente. Elle était assez vieille et avait quelques trous par lesquels le vent s’infiltrait. Cela aurait pu être une bonne nuit. D’une manière ou d’une autre, nous avons quand même réussi à dormir, et je ne peux pas décrire à quel point j’étais heureuse d’avoir un sac de couchage supplémentaire.

* 🌤️ Un matin nuageux après *

Ça ne peut que s’améliorer ? C’est ce que j’espérais, mais ce n’est malheureusement pas arrivé. Notre alarme a sonné à 4h30 pour que nous puissions grimper les dernières centaines de mètres jusqu’au sommet de l’Acatenango pour admirer le lever du soleil. Mais malheureusement, les nuages ne se sont pas dissipés pendant la nuit et il y avait tellement de vent que nos guides ont dit que c’était trop dangereux pour essayer. Sérieusement maintenant ?

Une déception après l’autre. La seule chose que j’ai pu faire pour me motiver, c’est de me dire que ce qui compte dans une telle aventure, c’est l’expérience que l’on y acquiert. Et j’ai appris beaucoup de choses sur moi-même et sur ce genre de randonnée. Au moins, peu après 6h30 (l’heure du lever de soleil en fin de compte) les nuages commençaient à s’éclipser. Après le lever du soleil, il n’y avait plus aucun nuages. Ce que j’ai ressenti à ce moment-là : le seum. Au moins, nous avons pu voir le Fuego dans toute sa splendeur avec le soleil.

* 🏃‍♀️ La descente rapide *

À 7h30, nous avons pris le petit déjeuner, à 8h30, tout le monde était prêt à partir. Nous sommes repartis ensemble par la même route que celle que nous avions empruntée pour monter. Cette fois-ci, avec tous les autres groupes, les embouteillages sur le chemin étaient énormes. Après 2h30, nous étions déjà arrivés au parking, car les pauses étaient beaucoup moins nécessaires. Une heure plus tard, notre bus est venu nous chercher, nous a conduit à la base de CA Traveler, nous avons rendu tout ce que nous avions emprunté et nous avons été conduits à nos hôtels. Fin.

La fin ? Eh bien, après une telle aventure et un tel effort, nos courbatures nous ont poursuivis pendant plusieurs jours. Un conseil de ma part : ne prévois pas grand-chose pour les deux prochains jours, prévois au maximum le trajet du lit au restaurant et vice-versa. 😌


Randonnée à Acatenango au Guatemala : tout ce qu’il faut savoir

🔥 Mon avis final


Tu l’as peut-être déjà remarqué, mais je n’ai pas eu que des expériences positives lors de mon ascension sur le volcan Acatenango. En commençant par la déception de l’absence de location de tentes, bien qu’elle ait été promise à plusieurs reprises par différentes personnes, jusqu’à la météo que nous avons rencontrée sur la montagne. Presque tous les témoignages que j’ai lus en amont et toutes les photos que j’ai vues sur Instagram et autres m’ont donné une image parfaite de cette randonnée. Mais la réalité a été différente pour moi, et c’est pourquoi j’étais assez désabusée à la fin.

Mes attentes ne correspondaient pas à la réalité. Alors pourquoi ce n’était pas “parfait” pour moi ? Je ne pense pas que je sois si malchanceuse, que cela n’arrive qu’à moi et que je sois la seule à ressentir cela. C’est juste que peu de monde parle de ses expériences négatives. Il est important que es conscience que la météo est une réalité pour tout le monde. Peu en parle donc tu as l’impression que tout le monde a eu une superbe météo et une expérience incroyable. Ce n’est pas vrai. La réalité est que la météo est incontrôlable et qu’il est fort possible que tu ne puisses pas vivre l’expérience comme tu l’entends. L’avoir en tête t’évitera d’être décu(e).

* Pourquoi j’y retournerais toujours *

Néanmoins, je referais la randonnée et la nuit sur l’Acatenango. Pourquoi ? Parce que j’ai appris des choses sur moi-même. Parce que j’ai fait l’expérience de camper à 3600 mètres d’altitude. Ce que ça fait de braver ce froid. Parce que la nature est tout simplement indescriptible. Bien que je n’ai pas vu l’Acatenango et le Fuego comme je l’aurais voulu, ils ont fini par se montrer. J’ai pu voir de près un volcan en éruption ! C’est pourquoi je te dis ceci : ose faire la même chose ! Peu importe le temps, les problèmes ou les peurs. Cette expérience est tout simplement spéciale. Je ne suis pas surprise que tant de gens souhaitent vivre cette aventure.


Randonnée à Acatenango au Guatemala : tout ce qu’il faut savoir

🌎 En savoir plus sur le Guatemala et mon tour du monde

La randonnée sur l’Acatenango est l’une des nombreuses aventures que tu peux vivre au Guatemala. Et comme je suis certaine que tu seras très intéressé(e), j’ai consacré un article entier à ce pays. Tu trouveras ici toutes les informations sur mon voyage au Guatemala, ce que j’ai vécu en 4 semaines, le budget dont j’ai eu besoin et j’ai même esquissé mon itinéraire pour toi.

Et pourquoi étais-je au Guatemala ? Ce pays est l’un des nombreux endroits que j’ai l’intention de visiter lors de mon tour du monde, avec un accent particulier sur l’Amérique latine. J’ai d’ailleurs consacré une page à mon tour du monde d’un an sur mon blog. C’est ici que toutes les informations, les blog posts et les expériences sont centralisés. Pas encore vu ? Alors clique sur le bouton sous ce paragraphe.

Cliquez pour évaluer cet article !
5/5 - (1 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *