Phnom Penh au Cambodge : une histoire difficile

Phnom Penh, fondée en 1434, était surnommée auparavant la Perle d’Asie, après être devenue la capitale au moment de l’Indochine française. La ville s’est fortement développée sous l’influence française, d’où la forte présence du style architectural européen et français.

La capitale a été aussi le cœur d’un régime destructeur, de torture et d’horreur, le début de la République Khmère. En 1975, la ville tombe sous le régime des Khmers rouges avec en tête Pol Pot. Il imposa de nouvelles règles à la population. Les Khmers rouges sont au moment de la libération très bien accueillis jusqu’à la mise en place de leur idéologie : créer un modèle de société parfaite ou utopique, sur le modèle du communisme sans classe ni religion. L’un des génocides les plus dramatiques de l’histoire va alors débuter, tuant 40% de la population cambodgienne.

La première partie de cet article ne contient aucune photo par respect. Respect du lieu, des évènements et de l’histoire. J’espère que vous comprendrez et que vous prendrez toujours le temps de lire l’article, au vu de son importance.

Comment se rendre à Phnom Penh?

Phnom Penh est une ville internationale avec un aéroport donc vous pouvez facilement rejoindre la ville par différents moyens de transports : avion, bus ou train.

Nous avons rejoint Phnom Penh à deux reprises en bus, depuis Battambang et depuis Koh Rong. La capitale est un point central dans le pays, où il est parfois nécessaire de repasser pour rejoindre une autre ville.

Depuis Battambang jusqu’à Phnom Penh, nous avons pris le bus pour 8$ (7€) par personne.

Depuis Koh Rong jusqu’à Phnom Penh, nous avons pris le bateau puis le bus pour respectivement 11$ (10€) et 7$ (6€) par personne.

Si tu souhaites avoir une meilleure visibilité sur l’organisation d’un road trip au Cambodge, tu peux lire l’article ici.

Que faire sur la capitale Phnom Penh ?

Le musée S-21 : un lieu de torture et d’effroi

La création du musée

Durant le régime, les habitants de Phnom Penh sont forcés de quitter leur ville pour aller travailler dans les champs des campagnes environnantes. La République des Khmers rouges a laissé une ville quasiment abandonnée de la totalité de sa population pendant une période de 3 ans et quelques mois. Certains lieux de la ville ont été utilisés comme prison et lieu de torture, notamment l’ancien lycée Tuol Svay Prey, renommé durant cet épisode tragique, S-21, aujourd’hui transformé en musée et lieu de mémoire.

La prison S-21 a été créée afin d’enfermer et de torturer les opposants du régime des khmers rouges. Dans la majorité des cas, les prisonniers ne connaissaient pas les raisons de leur arrestation. La torture se fera jusqu’à obtenir des aveux inventés avant de signer et « valider » leur mort. Les conditions de détention au sein de la prison sont inimaginables et indescriptibles, tant elles sont horrifiques et douloureuses. Sur l’ensemble des 17 000 déportés au sein de la prison S-21, seuls 7 ont survécu.

La visite du musée

La prison a été conservée au mieux. Il est possible de voir les salles de cours, transformées en salles de tortures, de découvrir la cour du lycée avec les machines utilisées pour les sévices ainsi que d’autres salles de cours, des pièces où les détenus étaient gardés, les uns à côté des autres sans aucune hygiène ainsi que des pièces transformées en cellules individuelles. Un bâtiment présente également des photos des portraits des victimes, des photos de tortures sur ces victimes ou encore les crânes de ces dernières.

La visite est insoutenable, difficilement supportable et incroyablement douloureuse. La visite de ce musée et d’être confrontée à tant d’horreur, à la douleur et aux atrocités humaines, a été une épreuve, et pourtant, nous ne pouvons qu’imaginer ces récits. C’est important de s’y rendre et de s’y confronter, même si c’est douloureux et peu agréable, en honneur aux victimes. La visite est importante. Importante pour la mémoire de ces milliers de victimes. Importante pour développer le savoir et faire connaître au monde, l’existence d’un génocide dont on entend si peu parler, trop peu parler.

Killing Fields

Les Killing Fields sont aussi ouverts aux visiteurs. Il s’agit de l’endroit où les victimes étaient transportées, une fois les aveux inventés faits, afin de les tuer. Ils sont situés en périphérie de la ville et donnent d’autres informations sur le régime de torture.

Informations pratiques :

Le prix de l’entrée : 8$ avec le guide audio et 5$ sans le guide par personne

Je vous recommande de prendre le guide audio qui vous permettra de pouvoir suivre la visite avec des explications précises et essentielles pour comprendre cet épisode. Le guide audio coûte 3$. L’audio contient aussi des interviews et des passages de procès vraiment intéressants qui permettent d’aller encore plus loin dans la compréhension des horreurs qui ont existé au sein de cette prison.

La visite du musée dure environ 3 à 4 heures, en fonction du temps que vous prenez avec l’audio. Pour rentrer dans le musée, il vous faudra porter des habits couvrant vos genoux et vos épaules également. Si vous ne les portez pas, des vêtements vous seront donnés, ressemblant fortement à ceux de prisonniers.

De jolies temples à visiter le temps d’une balade dans la ville

Nous avons visité deux jolies temples lors de notre visite à la capitale.

Wat Phnom

Ce petit temple situé en plein cœur de la ville est très jolie et agréable à visiter. Le temple n’est pas très grand mais l’intérieur est vraiment impressionnant. Il s’agit d’un des temples majeurs de la ville. Le petit plus sont les petits chats qui y logent tant ils sont mignons.

Le prix de l’entrée : 1$ par personne

Chonglak K

Ce complexe est grand et vraiment beau. Le bâtiment principal est si calme et reposant, on s’y sent bien. Également lieu de refuge pour chats, nous sommes arrivés au moment où une dame les nourrissaient. Adorable moment à découvrir.

Je vous recommande de faire une balade pour prendre le temps de visiter la ville. Ses quelques temples et autres beaux endroits valent le coup sur une journée. Le Palais Royal, la place de l’Indépendance, la pagode d’argent et le marché central sont d’autres endroits à découvrir de la ville.

L‘entrée est gratuite

Où dormir ?

Nous avons logé à deux reprises dans la capitale. Une première fois dans un hôtel de luxe pour nous accorder un petit plaisir. La seconde, dans une Guesthouse, plus accessible à tous.

Pour les grands budgets ou pour ceux qui souhaitent s’accorder un moment de détente et de plaisir, nous avons logé au PATIO Hotel & Urban Resort. La nuit était à 43€ (3 nuits) pour une chambre double avec petit déjeuner. Le PATIO était très beau, avec piscine à débordement et vue sur la ville, SPA et un superbe petit-déjeuner. La chambre est également très confortable et joliment décorée. Il peut y avoir un peu de bruit, en fonction de votre chambre. L’hôtel est localisé dans un quartier avec bars. Il est toutefois possible de demander à changer de chambre. Ils répondront gentiment à votre demande s’ils ont de la place.

Pour les plus petits budgets et ceux qui souhaitent économiser avec le logement, The Grey Guesthouse à 8€ la nuit pour une chambre double, est parfait pour vous. Nous avons dormi 2 nuits et le service était correct, sans rien de trop mais avec le nécessaire. Pour le prix, ne vous attendez pas à du grand luxe. En revanche, les lits sont confortables, la chambre est assez propre et il n’y a aucun bruit.

Je vous recommande fortement ces deux hébergements, en fonction de votre budget.

Mon avis

Phnom Penh est une capitale donc bruyante, grande et dynamique. Je n’ai pas eu de coup de cœur pour la ville mais je l’ai trouvée agréable. Agréable pour un petit weekend ou court séjour de quelques jours. Il est possible de se promener, de bien manger, de profiter des bars, de prendre du bon temps en somme.

La ville est pour moi surtout intéressante et vaut le coup pour son histoire autant bouleversante que touchante. L’histoire tragique et plutôt récente de la ville mérite et nécessite d’être entendue et connue. Selon moi, la visite de ces lieux emblématiques de cette période est essentielle en guise de mémoire aux victimes. Pour votre intérêt, curiosité ou connaissance personnelle, je vous recommande définitivement lors de votre passage à la capitale de vous intéresser à l’histoire terrifiante de la ville.

Cliquez pour évaluer cet article !
0/5 - (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *